Sélectionner une page

PENSER AUX ŒUFS DU JARDIN

Un jaune me regarde dans le blanc de l’oeil

On dirait un soleil

J’ose à peine le fixer

Quelques grains de poivre pour le voiler

Quelques graines de sésame fumé

Le blanc est tendre. Il est vite expédié

Nous voilà à nouveau face à face

Je pose le jaune délicatement sur ma langue

Une légère pression. La fine membrane cède

C’est chaud, c’est dense, c’est doux

Comme nos plus beaux souvenirs

Quel oeuf que cet oeuf-là

Quel oeuf que cet oeuf de la Durenne.

Pensées matinales autour d’un oeuf des poules de Pierre Taverne (sis La Durenne, Renaix, Belgique).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *